LA GUERRE IRAN-IRAK (1980-1988) VUE PAR DES CINÉASTES IRANIENS

 

 


Henry Kissinger,
prix Nobel de la paix déclara: « Cette guerre est sans intérêt … j’espère seulement que les deux pays se détruiront l’un l’autre ». Cette réflexion de l’ancien secrétaire d’État aux Affaires étrangères de Nixon n’étonnera personne mais éclaire de son cynisme une guerre dont personne ne comprit bien les tenants et les aboutissants. La guerre Iran-Irak a pourtant duré 8 ans entre 1980 et 1988, le nombre de victimes s’éleva à 1.200.000 personnes, 700.000 du côté iranien et 500.000 pour l’armée irakienne. Sur le plan financier, la répartition des livraisons d’armes à l’Irak en 1985 se matérialisa de la façon suivante : URSS 17 Milliards de dollars, France 5,5, Chine 1,8, Égypte 1,7 tandis que la Syrie et la Lybie fournirent l’Iran. Les Américains fournirent les deux côtés d’où l’Irangate. Tout ça pour revenir en 1988 aux frontières de 1975 fixés par les accords d’Alger.


Selon Alain Brunet, spécialiste de cette guerre et cinéaste, dès l’annonce de la mobilisation générale par le gouvernement iranien, le ministère de la Culture et le Comité de propagande instituèrent une politique de production de films de guerre qui devait « glorifier le courage des engagés, exalter leur héroïsme et induire la notion de martyr pour les soldats partis sur le front ».

Un immense complexe cinématographique fut érigé près de la ville sainte de Qom afin de permettre aux réalisateurs de bénéficier de tous les moyens techniques, les décors et les matériels nécessaires à la réalisation de ces films de guerre.

Au total, plus de 250 films de guerre virent le jour dans les studios iraniens. La production de films concernant cette période s’est poursuivie après la guerre. Nous avons retenu trois films et un court documentaire qui racontent la guerre et ses conséquences. Ces films ne sont pas représentatifs de la production axée sur la propagande et donc très codifiée car les quatre interrogent à leur manière ce que fut cette guerre et les conséquences souvent dramatiques qu’elle eut sur les individus qui la firent mais aussi le peuple iranien tout entier qui dut la soutenir et la supporter.

Nous avons donc choisi de montrer le plus célèbre d’entre eux, Bashu le petit étranger tourné en 1985, sorti en Iran en 1989 et en France en 1991, qui raconte l’histoire d’un jeune enfant fuyant la ligne de front vers une autre région de l’Iran où il est considéré du fait de sa couleur, plus foncée, et de sa langue, comme un étranger. Bashu, le petit étranger fut produit par « l'Institut pour le développement intellectuel des enfants et des jeunes adultes », institut avec lequel a beaucoup travaillé Abbas Kiarostami (Le Pain et la rue, Le Passager, Où est la maison de mon ami ?…) Bashu, le petit étranger est l'un des premiers films à avoir critiqué la guerre. Kimia tourné en 1995, après la guerre donc, raconte l’histoire d’un homme ancien prisonnier de guerre qui tente de retrouver et de récupérer sa fille qu’il n’a pas vu grandir, élevée par une autre après la mort de sa femme. Double voire triple peine. Les premières scènes de bombardement au début du film sont très spectaculaires et la quête du père très émouvante. Avec Leyli est avec moi (1996), c’est par la comédie que la guerre nous est racontée, ce qui est déjà exceptionnel mais en plus le film est extrêmement réussi grâce à son rythme et à l’accumulation de situations terribles auxquels la couardise du personnage est confrontée. A découvrir absolument. Le dernier, Undo, (2016) est un documentaire qui filme la rencontre, 37 ans après le début de la guerre, entre un photographe iranien et un cameraman de l’armée irakienne. Une tentative de dialogue éprouvante qui faire resurgir le passé. Le cinéma iranien n’en a décidément pas fini avec cette guerre.


- Olivier Broche

 

---

les films


LEYLI EST AVEC MOI, de Kamal TABRIZI (1996) – Iran

KIMIA de Ahmad-Reza DARVISH (1994) – Iran

UNDO, de Majed NEISI (2016) – Iran – court métrage

BASHU, LE PETIT ÉTRANGER, de Bahram BEYZAI (1991) – Iran


Partenaires Institutionnels
MINISTERE-DE-L-EDUCATION REGION GRAND EST CHALONS-AGGLO   
 CNC-DEVELOPPE  VILLE--DE-CHALONS Label centenaire   ECPAD  LA-COMETE  

EnregistrerEnregistrer